Newsletter
Mon compte
FR | EN
Djouman
Innover pour le développement durable en Afrique
ECO-CO transforme les déchets plastiques en matériaux de construction le 29/04/16

Cette semaine, nous nous penchons sur un projet de valorisation des déchets plastiques en matériaux de construction : l’entreprise Eco-Co propose de remplacer les coffrages en bois actuellement utilisés dans plusieurs pays d’Afrique sur les chantiers de construction par des coffrages en plastiques recyclés.

Coffrage ECO-CO

Coffrage ECO-CO

L’objectif d’Eco-Co est à la fois de contribuer à ralentir la déforestation en réduisant la quantité de bois utilisée par les entreprises de BTP et de participer au recyclage des déchets plastique. Faire des déchets une matière première, une fois de plus l’idée rend possible une initiative à la fois lucrative et dépolluante.

L’entrepreneur à l’origine du projet, Claude Tayo, est un ingénieur camerounais spécialisé en génie civil. Il a fait ses armes à Ouagadougou à l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2IE) avant de revenir s’installé à Yaoundé. Il y a quelques années, il a réalisé que l’une des dépenses incompressibles des chantiers de construction venait du coût des coffrages, ces moules utilisés pour couler le béton. Ces coffrages, pour la quasi-totalité en bois, représentent jusqu’à 10% du cout total du chantier, et sont indispensables à la réalisation des ouvrages. Peu solides ou trop lourds à transporter sur les chantiers, les coffrages existants sont peu adaptés aux conditions de travail des ouvriers africains.

Au lieu d’être conçu en bois, le coffrage proposé par Eco-Co est fait de plastiques recyclés. Le matériau ainsi développé est aussi moins cher, plus léger et réutilisable une cinquantaine de fois. A titre d’exemple, chaque année, 200 000 tonnes de déchets plastiques sont déversées dans la nature à Ouagadougou seulement, sans possibilité de valorisation. A Ouagadougou, 8 000 chantiers de construction en logements sont lancés chaque année. Eco-CO s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire : utilisation de déchets comme matière première et augmentation de la durée de vie des coffrages.

Eco-Co espère ainsi éviter l’emploi de 200 000 arbres dans ce secteur en 2016, soit 60 000 hectares de forêts. Les déchets plastiques causent de nombreux problèmes sanitaires dans les villes d’Afrique. De nombreux pays ont d’ailleurs interdit les sacs plastiques. C’est le cas notamment de la Côte d’Ivoire et du Cameroun depuis 2014, du Sénégal depuis 2015 ou encore du Mali depuis 2013. Ces interdictions connaissent très peu de succès, la répression étant souvent l’unique réponse proposée par les états : des amendes, voire des peines de prison. Par exemple, au Sénégal, les récalcitrants s’exposent à une amende de 20 millions de francs CFA (30 000 euros) et une peine de six mois de prison. Pourtant, le Rwanda est un exemple édifiant, qui montre que le secret de la réussite de ces législations est bel et bien dans l’accompagnement de la population à appréhender ce changement de mode de vie : proposer des alternatives, accompagner les filières de production dans leur transformation, structurer les filières de recyclage, sensibiliser, informer et éduquer…

Accompagné par l’incubateur La Fabrique en 2014 et lancé en 2016, Eco-Co compte convaincre les entreprises de BTP de la sous-région de le suivre dans son initiative. Claude Tayo cherche de nouveaux partenaires techniques ainsi que de nouveaux investisseurs. Son plan d’action prévoit des bénéfices dès cette première année de mise en place.

 

Crédit photos : ECO-CO

Ecrire un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires :

  1. benjamin a écrit the 29/04/2016 at 12:53 :

    good job ! toutes mes félicitations

  2. […] ECO-CO transforme les déchets plastiques en matériaux de construction. […]

X

Newsletter

* indicates required